Des nouvelles de nos anciens stagiaires !

 

Chacun a une histoire et nous avons décidé de vous présenter certaines d’entre elles.

Nous souhaitons mettre l’accent sur les différents parcours de vie de nos stagiaires.

Jeanne Uriot

 

Infographie et web expert 2015/2016

 

Une élève d’ADF à la très sélective École 42 de Paris … un parcours atypique !

 

Jeanne Uriot est arrivée chez ADF Formation en 2015 pour suivre la formation Infographiste Numérique et a ensuite poursuivi sur le Titre Web Designer.

Elle obtient avec les félicitations du jury ces 2 qualifications professionnelles.

Durant sa formation, Jeanne a particulièrement apprécié la disponibilité des formateurs et leur réactivité face à la demande des stagiaires.

Ces formations lui ont permis de découvrir de nouveaux logiciels tels que Photoshop,  Indesign et Illustrator, mais également de rendre plus concret la corrélation entre les cours et le monde du travail.

Avec Rachel (formatrice coordinatrice), en plus des notions professionnelles, Jeanne a acquis la confiance en soi, elle a pris conscience de ses capacités. Lors de la formation web, dont elle avait déjà quelques bases, elle a été confortée dans son envie d’approfondir le sujet dans d’autres domaines tels que l’intelligence artificielle, le hacking…

Elle a donc décidé de tenter le concours de l’école 42. Une école vraiment particulière avec un modèle à la « silicon valley ». Elle se distingue par son système d’apprentissage atypique : aucun professeur, des leçons disponibles en pear to pear qui nécessitent un approfondissement personnel important (groupe de travail ou individuel). L’énoncé est clair : « si tu as un doute, tu demandes à ton voisin de droite, si il ne sait pas, demande à ton voisin de gauche, sinon il y a toujours Google. »

Pour intégrer l’école il faut réussir le test dit de « la piscine » : c’est un concours qui se déroule sur un mois en immersion totale. « On vous jette dans le bain et on doit se débrouiller. Ceux qui survivent sont pris et ceux qui coulent s’en vont. Sur une cession, il y a en général 1/3 d’admis, sur ma cession nous étions 300 participants. […] Que ce soit durant les épreuves ou pendant les cours il n’y a aucune concurrence, l’esprit d’entre aide prédomine. Tout le monde se mobilise dans cet esprit d’apprentissage. Des élèves prennent des fois jusqu’à 1h30 de leur temps personnel pour venir vous aider à comprendre un cours compliqué et réciproquement. Durant la phase de test, on est libre de choisir ses horaires, pour ma part j’ai travaillé de 10h à 22h, avec des jours très productifs et d’autres moins. Le lieu où l’on étudie, à l’école 42, est vraiment insolite et pousse à être plus créatif, car l’école est implantée dans le musée d’art urbain de Paris. Les premiers jours on est vraiment impressionné par le cadre, au bout d’un temps on n’y pense plus vraiment. On se rappelle que l’on est dans un endroit fascinant quand des personnes viennent visiter l’école, qui est en perpétuel évolution. Ce qui est plaisant, c’est la diversité des élèves et des parcours de vies, des origines… Ils sont tous plus extraordinaires les uns que les autres. »

« Les cours que je souhaite suivre sont tournés vers l’intelligence artificielle, le hacking, la cyber-sécurité, les jeux vidéo et le graphisme… Le taux d’embauche à la sortie de l’école est de quasiment 100%, cela ouvre des perspectives d’embauches vraiment intéressantes. » Nous confie Jeanne.

Vincent Bastien

 

BTS Comptabilité Gestion 2017

 

Le moment que je retiendrai :

« Au-delàs du Bts en lui-même l’ambiance et l’entraide qu’il y avait entre nous. »

 

 

Après des études  de commerce, Vincent cherche sa voie, il entreprend un bac pro production graphique à Adf en 2008, puis enchaine sur la formation web expert en 2009 à Adf. Il trouve un travail grâce au stage qu’il a effectué pendant sa formation web expert et pendant deux ans il travaille pour un journal local en indépendant. Une restructuration du journal ne permet pas de renouveler le partenariat. Il a alors persévéré pendant un an pour essayer de faire vivre son entreprise, mais a dû se résigner et s’est retrouvé au RSA durant 4 ans.

 

 

 

Après avoir passé des tests, la comptabilité est venue comme une évidence et il a décidé de faire une demande de formation chez Adf, connaissant déjà la structure et les enseignants. « Cette année scolaire a été riche autant par l’ambiance et l’entraide qu’il y avait, que par les compétences acquises. » Les stages lui ont permis de découvrir les multiples facettes du métier. « Cette année était une année de transition pour les formateurs, en effet avec un nouveau référentiel à mettre en place pour les cours, cela a rajouté de la complexité pour l’ensemble des protagonistes ». Les cours qu’il a préféré de par la qualité de l’enseignement et l’acquisition de nouvelles compétences, été ceux de Valérie L. et Sandra M. (formateurs de comptabilité) et Valérie M. (formateurs d’informatique). Après l’obtention de son BTS ADF l’a mis en relation avec une entreprise locale pour une embauche en CDD.  Vincent est ravi de cette embauche et espère pourvoir transformer ce CDD en CDI.

Muriel Oliva

Titre gestionnaire de paie

Le moment que je retiendrai :

« Les derniers temps c’était très dur je n’ai pas 20 ans et c’est dur de reprendre les cours, mais j’étais très motivée. »

 

 

Après 22 ans passés dans une entreprise à faire de la comptabilité et de la vente, Muriel est licenciée économiquement. Avec uniquement un Bac Comptabilité en poche, elle décide de reprendre ces études et valide un diplôme d’Assistant de comptabilité et d’administration chez Adf formation. A l’issue de sa formation, elle trouve un poste pour un remplacement de congé maternité.

 

Désireuse de toujours apprendre plus, elle décide de s’investir  dans la formation Gestionnaire de paie dans le but d’obtenir un titre professionnel (Bac +2). Une suite logique pour elle car elle avait déjà touché à la paye il y a 25 ans. Durant cette année de formation, elle a beaucoup apprécié les cours avec Marie-Pierre G. (formatrice en comptabilité et paye). « Marie-Pierre G. s’est mis autant de pression que les élèves et je lui tire mon chapeau ». Les cours ont été très compliqués, « c’est un challenge à 47 ans de faire un bac +2,  la formation étant compressée il faut un gros investissement personnel » et c’est à force de travail et de sueur qu’elle a obtenu son titre.

 

Ce qu’elle a aimé, c’est l’entraide qu’il peut y avoir avec les autres stagiaires, « ça aide à avancer et à mieux comprendre ». « La paye est vraiment très intéressante et complexe cela me plait énormément. » Maintenant qu’elle a obtenue son diplôme elle va effectuer un remplacement maternité dans l’entreprise où elle avait effectué un stage et va rechercher un emploi stable dans la paye.

Geoffroy Valentyn

BAC Pro Réalisation de Produits Imprimés et Pluri média 2017

Le moment que je retiendrai :

« Quand j’ai trouvé le stage, car c’est là où on a parlé du futur et je n’avais vraiment aucune idée de ce que j’allais pouvoir faire après le Bac à ce moment là. »

 

Un parcours atypique et très mouvementé. Après le Bac pro maintenance des équipements industriels et un BMA horlogerie, Valentyn se retrouve au chômage durant deux ans à cause de la crise horlogère. Il décide alors de faire un bilan de compétence afin de pouvoir rebondir et trouver sa voie. Ce bilan le dirige vers Adf, de part son ancien métier il a des bases en dessin et a déjà la fibre graphique, le Bac pro Réalisation de Produits Imprimés et Pluri média option A Production Graphique est alors tout désigné pour lui.

« Les cours de PAO m’ont beaucoup marqué car on est parti de rien pour arriver à un niveau bac en 1 an. Les formateurs étaient très complémentaires, leurs plus c’est qu’ils sont toujours dans le milieu professionnel et nous ont apporté le côté réel des problématiques de l’emploi et du travail, il y avait une bonne dynamique. J’ai eu des difficultés avec les cours de mathématiques car ils étaient très scolaires, mais ces méthodes devaient être efficaces car j’ai eu 15 de moyenne au bac. Nous avons eu une formation sur la gestion du stress qui nous a été dispensée par Fanny, c’était intéressant et inattendu. J’ai abordé les examens avec sérénité. Au niveau professionnel ça m’a tout apporté car actuellement je suis en Bts en alternance dans l’entreprise ou j’ai effectué mon stage, que j’ai trouvé par le biais de ma formatrice Rachel P. »

Nous en profitons pour remercier la région PACA qui a financé la formation, mais qui, malheureusement décide de ne plus fiancer cette action, c’était la dernière promotion…

Fuma Héléna

BTS Assistant(e) de gestion 2017

Le moment que je retiendrai :

« La petite fête qu’on a faite avant le départ pour le premier stage, on avait fait un petit repas tous ensemble dans la classe avec les professeurs, c’était vraiment super sympa, avec remise des cadeaux du père Noël à la rentrée. »

Héléna a travaillé pendant plusieurs années comme responsable en boulangerie puis a évolué en tant que manager d’équipe chez Mac Donald. Avec l’arrivée d’un bébé, Hélèna aspire à des horaires plus adaptés à la vie de famille, d’autre part elle a envie d’un nouveau challenge professionnel  et obtenir un diplôme. C’est donc, tout naturellement qu’elle a décidé de prendre contact avec  Adf formation pour un BTS assistant de gestion. « Au début de la formation, cela a été un peu compliqué de retourner à l’école, le côté relationnel m’angoissait un peu, ainsi que la découverte d’une nouvelle matière : la comptabilité. Le premier cours de comptabilité a été très dur, je suis sortie en pleurs, car les cours sont très directifs.  Mais finalement, à partir du moment où j’ai fait confiance à la pédagogie de Valérie L,  je me suis éclatée. Les formateurs ont été un soutien fondamental dans les moments les plus durs. Lors de la dernière session de révision avec Valérie M., on a lâché prise à cause de la fatigue, et j’ai eu des fous rires inoubliables ! J’ai abordé le passage des examens sereinement, alors que je suis une grande stressée, grâce à une bonne organisation et des formateurs toujours disponibles et à l’écoute. Grâce à Laurence M. je me suis mise à aimer l’économie maintenant j’achète même des revues économiques, alors que je ne m’intéressais même pas aux informations avant.

Une année de bonne humeur et de bonne ambiance ! J’en profite pour remercier la région PACA qui a financé cette formation et qui m’a permis d’accéder à un emploi»

Dès la fin du premier stage, Héléna a signé une promesse d’embauche, elle obtenu son diplôme avec de très bonnes notes et travaille pour l’entreprise de Forcalquier en CDI, où elle a fait son stage.